Invitée: Mélanie, La plume rose et le cumul salariat & entrepreneuriat

Invitée: Mélanie, La plume rose et le cumul salariat & entrepreneuriat

Quand Jessica m’a proposé de rédiger un article invité pour son blog par rapport à l’organisation de mon quotidien d’entrepreneure et de salariée, j’ai bien évidemment tout de suite accepté car j’adore parler de cette période de ma vie !

Aujourd’hui, je suis entrepreneure à 100% depuis mi-mars 2021; mais ça n’a pas toujours été un long fleuve tranquille de cumuler les deux activités, et je viens aujourd’hui te partager mon retour d’expérience; et aussi mes petits conseils pour que tu puisses toi aussi, si tu es dans cette situation, pouvoir gérer ton temps et ton énergie correctement :).

Mélanié Carré la plume rose Pinterest

Remise en situation

Quand j’ai lancé mon activité d’auto-entrepreneure début Janvier 2020, j’étais salariée à temps plein. J’ai donc dû adapter mon temps et toutes mes journées pour pouvoir développer cette activité qui me passionnait déjà tant ! Mais pas évident de trouver du temps pour se consacrer à sa passion quand on veut en vivre un jour…

Pour pouvoir organiser mon agenda en ce sens, j’utilisais (et j’utilise toujours aujourd’hui d’ailleurs) le time-blocking. C’est une méthode qui permet de bloquer les temps définis dans son planning, et ça permet d’avoir une vraie vision sur le temps qu’il nous reste une fois nos horaires de CDI 35h ajoutées à l’intérieur.

Pour ma part, j’avais un travail salariée qui me permettait de travailler soit de 9h à 17h, soit de 12h à 20h… et je pense que tu l’auras deviné, mais je m’arrangeais toujours pour faire la fermeture du magasin (je travaillais dans une bijouterie) et avoir la matinée pour moi et mon entreprise ! (soyons honnête, quand tu rentres à 17h de ton travail salariée, t’as plus envie de te concentrer dans autre chose et juste de te poser tranquillement ^^)

Ainsi, je savais que chaque matin j’avais de 8h à 11h pour m’investir dans mon entreprise ! Et je travaillais même le soir quand je trouvais la motivation et quand je n’étais pas trop fatiguée (il faut préciser que je n’ai pas d’enfant, sinon je pense que je n’aurai pas pu investir autant de temps dans mon entreprise)

En résumé, le time-blocking est une méthode d’organisation qui me correspond totalement, et je l’utilise toujours aujourd’hui pour organiser mes journées d’entrepreneure et avoir une vraie vision sur ce que j’ai comme temps à allouer à quelle tâche.

L’origine de La plume rose

Mon blog La plume rose a vu le jour fin 2018, après avoir déjà tenté plusieurs expériences dans l’entrepreneuriat qui ont été ratées : travailler dans une entreprise de marketing de réseau, mais comme les produits ne me plaisaient pas je n’ai jamais réussi à vendre un seul produit. Puis, j’ai essayé ensuite de développer un site de dropshipping… qui n’a pas fonctionné non plus car c’était des produits qui venaient d’un site chinois et qui ne me plaisaient pas plus que ça.

C’est après ces deux échecs que j’ai décidé d’ouvrir un blog pour partager mes passions de la cuisine, de l’organisation quotidienne et de la gestion de budget car mes copines à l’époque ne partageaient pas les mêmes passions que moi ! C’est ainsi que mon blog La plume rose est né, un blog totalement lifestyle et pas du tout destiné à être mon blog business !

Mon re-lancement dans le monde de l’entrepreneuriat

Mélanié Carré la plume rose Pinterest

En créant ce blog, j’ai découvert une nouvelle facette de l’entrepreneuriat : celle de la prestation de services et aussi de la vente de formations ! J’ai donc décidé après mûre réflexion de me lancer en tant que rédactrice web fin 2019 car j’adorais écrire et j’avais envie d’écrire pour les autres. Cependant, je n’ai jamais vendu une seule prestation car je pensais ne pas être assez légitime car je n’avais aucune formation et aussi expérience dans le domaine…

Je réalise aujourd’hui que c’était une belle erreur ! Mais quand on se lance, le syndrome de l’imposteur est très difficile à effacer 🙈

Fin 2019, en même temps que mon départ dans l’entrepreneuriat en tant que rédactrice web, une amie entrepreneure lançait sa formation Pinterest, c’était pour moi l’occasion d’utiliser ce merveilleux outil pour amener du trafic sur mon site internet et faire connaître mon petit blog de conseils au plus grand nombre ! Et là, mon blog a commencé à se développer !

Puis début 2020, une entrepreneuse s’est approchée de moi en me disant qu’elle en avait marre de gérer son compte Pinterest; et me demandait si j’avais envie de reprendre la gestion de son compte. J’y ai vu une réelle opportunité car j’avais de bons résultats avec le mien, c’était donc l’occasion rêvée pour tester mes connaissances sur le compte de quelqu’un d’autre ✨

J’ai donc commencé quelques jours plus tard à avoir la main sur son compte… et là, je suis littéralement tombée amoureuse ! C’est ainsi que je suis devenue Manager & Coach Pinterest, pour finalement mi 2020 lâcher complètement mon statut de rédactrice web et me consacrer à 200% à Pinterest; car je sentais qu’il y avait quelque chose à faire et qu’un réel besoin existait !

Cumul salariat et entrepreneuriat

J’ai donc continué au fur et à mesure des mois à développer ma communication autour de Pinterest, à attirer de nouvelles personnes chaque semaine vers mes contenus, mes services et développer ma notoriété pour me faire connaître et me positionner comme experte Pinterest aux yeux de tous les autres entrepreneurs… et cela toujours a côté de mon activité d’entrepreneure freelance en gestion Pinterest !

Mélanié Carré la plume rose Pinterest

Vers la fin de l’année 2020, je cumulais mon job salariée à 35h + 5 clientes en gestion mensuelle régulières… et là, c’est devenu compliqué ^^ mon organisation qui était si millimétrée avant, est devenue un peu plus freestyle et je travaillais à chaque instant où je le pouvais ; le matin, le soir, le week-end, les jours fériés, pendant les vacances et même la nuit parfois quand tout le monde dormait !

J’étais très fatiguée, mais je savais que j’étais en train de développer une entreprise que j’adorais, qui me faisait vibrer et dans laquelle je m’épanouissais pour de vrai ! C’était un peu comme mon échappatoire à côté de mon travail salarié 🥰

C’est fin 2020 que j’ai réalisé l’ampleur qu’avait pris cette activité de freelance que j’avais développée à côté de tout le reste…et là, j’ai voulu démissionner et vivre à temps plein de ma passion ! Je faisais à ce moment-là environ 1800€ de chiffre d’affaires; ce qui me permettait largement de subvenir à mes besoins vitaux si je quittais mon job et de pouvoir consacrer tout mon temps à cette activité qui me passionnait !

Oui mais… l’entreprise dans laquelle j’étais salariée n’allait pas très bien, on pensait que ça allait fermer mais on ne savait pas réellement quand… du coup tout mon entourage me disait d’attendre d’être licenciée plutôt que de démissionner pour pouvoir toucher des indemnités… et c’est ce que j’ai fait !

La fin de mon job salariée

Finalement, j’ai attendu des mois et des mois… pour que l’entreprise passe en redressement judiciaire, soit rachetée… ma responsable licenciée, et moi reclassée dans le magasin juste à côté du mien (qui avait donc fermé)… j’avais donc attendue tout ce temps pour ne pas être licenciée ! Je peux te le dire, j’étais pas bien du tout.

Et la morale de l’histoire ? J’ai fini par faire un abandon de poste après m’être ruinée la santé pour un job qui ne me passionnait pas et dans lequel je n’étais clairement pas épanouie… 

Alors si je peux te donner un conseil, c’est de t’écouter en priorité et ne pas écouter ce que ton entourage peut te dire ou te conseiller, puisque finalement il n’est pas à ta place 😉

Aujourd’hui, je suis vraiment contente d’avoir osé quitter mon travail salariée car je vis pleinement de mon activité d’entrepreneure, “d’experte Pinterest”, et j’ai même sorti mon membership (abonnement mensuel) spécialiste de Pinterest qui est le seul à exister en France !

Mélanié Carré la plume rose Pinterest

Le bon moment n’existe jamais, la preuve… je l’ai attendu, je pensais qu’il allait arriver et il n’est jamais venu ! Alors quand tu sens que ton activité commence à prendre de l’ampleur, et que tu dégages de quoi pouvoir subvenir à tes besoins vitaux, sors de ton CDI et développe ton entreprise car tu vas pouvoir passer toutes tes journées à développer cette belle entreprise que tu as créée !

Si tu as envie d’apprendre à utiliser Pinterest correctement pour développer ton activité et aussi augmenter la visibilité de tes articles de blog, tu peux découvrir mon membership juste ici 🙂

Un grand merci à Jessica de m’avoir laissée la parole sur son blog ! Je te retrouve sur mon compte Instagram pour continuer à discuter & aussi te partager tous mes meilleurs conseils à propos de Pinterest 🤩

Article invité : Amélie, graphiste et créatrice de l’Agence Ilargia

Article invité : Amélie, graphiste et créatrice de l’Agence Ilargia

Bonjour ! Je me présente, moi, c’est Amélie. Amélie qui ? Amélie, graphiste et auto-entrepreneuse, j’ai monté en avril 2020 mon agence de communication graphique, l’Agence Ilargia.

Vous me connaissez probablement déjà, sans vraiment me connaître ! Pourquoi ? Parce que je suis les petites mains qui ont peut-être créés votre couverture d’agenda, ou votre carnet de commandes !

Aujourd’hui, je m’invite sur le blog de Mon Agenda Sur Mesure, pour vous parler… de moi ! Pas par ego-centrisme, mais pour vous parler de ma collaboration avec Jessica, et de mon organisation au quotidien en tant qu’auto-entrepreneuse et graphiste.

Une petite présentation rapide s’impose…

agence ilargia articla invité mon agenda sur mesure

Comme je vous le disais, moi, c’est Amélie. On m’a dit qu’il fallait que j’évite de dire mon âge… Mais je me lance : j’ai 23 ans. C’est jeune, 23 ans, pas vrai ? Et pourtant.

J’ai choisi de créer mon entreprise en avril 2020. Sur un marché du travail incertain, à quelques mois d’obtenir mon diplôme de fin d’études, j’ai fais le choix de ne pas avoir peur. Oui, je pouvais me planter, en me lançant dans l’entreprenariat. Je n’y connaissais rien, je ne connaissais presqu’aucun auto-entrepreneur, et j’avais peu d’expérience. Mais j’ai depuis des années, une phrase affichée au dessus de mon bureau :

«À force de se planter, on devient une fleur».

a force de se planter on,

Alors je me suis lancée, en me disant que j’avais plus à gagner qu’à perdre, et avec la volonté d’emprunter mon propre chemin. Puisque personne n’allait m’embaucher, j’allais m’embaucher moi même.

Je décide de me lancer en tant que graphiste, rédactrice web et community manager, soit les différentes missions que j’effectuais dans l’entreprise où je travaillais. Inexpérimentée, je veux tout faire pour tout le monde, ne pas me positionner. Tout est très flou, et très compliqué : en France, on ne nous apprends pas à être auto-entrepreneur. Ça fait même un peu peur, d’être auto-entrepreneur.

Ces premiers mois, je m’éparpille dans tous les sens. Faire ma déclaration URSSAF est un défi de taille, j’ai du mettre 6 mois à terminer la première version de mon site web, et a peu près autant avant de trouver mes premiers contrats sérieux.

Mais je pense quand même pouvoir dire aujourd’hui que « je me suis trouvée ». J’ai trouvé une activité dans laquelle je m’épanouis pleinement, même si je n’y trouve pas encore de stabilité financière. J’aime ce que je fais, j’adore ce que je fais, et pour moi c’est le plus important aujourd’hui. Je me sens utile, je mets mes compétences aux services d’entreprises en lesquelles je crois, qui portent des valeurs qui font sens pour moi : qu’il s’agisse de business féminin, de promotion de l’activité sportive, ou de préservation de l’environnement.

Ma collaboration avec Mon Agenda Sur-Mesure

Mon Agenda Sur Mesure, c’est, à quelque chose près, mon premier vrai contrat. Je vous laisse imaginer comme j’étais heureuse. Le projet m’a tout de suite emballée, je trouvais le concept novateur et tellement bien trouvé. En plus de cela, c’était exactement la raison pour laquelle je souhaitais devenir freelance : travailler pour des projets en lesquels je croyais, que j’avais envie de supporter « à ma manière», en les aidant à se développer.

agence ilargia article invité mon agenda sur mesure

Nous avons commencé par travailler sur l’identité graphique de M.A.S.M. Dès le début, le courant est très bien passé, je comprenais la vision et les envies de Jessica. Il ne s’agissait pas juste de ses idées que je mettais sur papier, mais plutôt de partages et d’échanges, pour arriver à un résultat final qui corresponde à ses attentes. Comme nous en parlions dernièrement, «je ne suis pas qu’une exécutante» dans notre collaboration.

Jessica me laisse une vraie place dans le processus de création lorsque nous travaillons ensemble. C’est agréable de travailler avec quelqu’un d’ouvert et d’attentif à ses propositions. J’ai découvert depuis, que c’est un peu rare aussi !

Cette première mission s’étant très bien passée, nous avons par la suite continué de travailler ensemble sur d’autres projets : le datage des semainiers, la création de couvertures pour les agendas-sur-mesure, et même sur une très grande partie de la création des carnets de commandes, sortis en janvier dernier. C’était une très belle expérience d’être à ce point impliquée dans la création d’un projet et d’un produit.

Avoir une cliente qui me fait confiance pour me donner plusieurs missions consécutives, c’est une preuve de confiance et de reconnaissance de mon travail. Je suis très heureuse d’avoir réussi cela en quelques mois d’auto-entreprise.

Mon organisation au quotidien

Parlons maintenant organisation. Je suis un peu «toquée» dans ce domaine, j’ai mes manières de faire et je ne suis pas très ouverte aux changements 😂.

agence ilargia articla invité mon agenda sur mesure

Étant donné que je suis incapable de ne penser à rien, j’ai besoin de tout écrire pour m’assurer de ne rien oublier et pour «libérer» mon cerveau. J’ai donc presque toujours avec moi, mon agenda ou un carnet de notes, pour pouvoir notes les idées qui me passent par la tête et les choses que je veux faire.

Toutes les semaines, je me fixe des objectifs vis à vis du développement de mon entreprise, et vis à vis de mes projets clients. Ces objectifs correspondent un peu à une to-do-list pour ma semaine. Je répartis ensuite ces objectifs sur les différents jours de la semaine dans un calendrier semainier, en différentes «plages horaires» ou «bloc de temps», en laissant aussi des moments libres pour les imprévus. Et ensuite, je viens reporter dans mon agenda ce que j’ai à faire jour par jour. Mon organisation principale, c’est donc :

  • L’outil «Notion» pour faire le point sur mes objectifs de la semaine et du mois,
  • Un calendrier semainier pour répartir mes blocs de temps,
  • Mon agenda pour noter mes to-do lists quotidiennes.

Chaque soir, je fais le point sur ce que je n’ai pas eu le temps de faire, et je reporte à plus tard en fonction de mes disponibilités.

Les autres outils que j’utilise au quotidien :

  • Notion : ce fabuleux outil que j’utilise pour à peu près… tout ! Je rédige même mes articles directement dedans désormais. Notion me sert à tout sauvegarder, tout ordonner, tout organiser. C’est vraiment un indispensable pour moi, comme le dit Julia de idontthinkifeel, c’est un vrai « vide-cerveau ».
  • Les 3 applications phares de la suite Adobe : Photoshop, Illustrator et Indesign. Elles sont toujours ouvertes sur mon bureau, je navigue de l’un à l’autre en fonction de ce que je suis en train de faire. Impossible de n’en utiliser qu’un, ils marchent vraiment en trio pour moi.
  • Procreate : pour dessiner, pour illustrer, pour faire des croquis, des montages, ou des opérations qui y sont un peu plus simples qu’avec les outils de la suite adobe, j’utilise Procreate sur mon iPad.
  • Toggl : pour « tracker » mon temps de travail, établir combien de temps je passe sur chaque projet, chiffrer mes devis, et m’assurer que je ne me suis pas trompée dans mes tarifs. Ce tracker est vraiment top, je peux créer des projets par clients, et donc comptabiliser le temps passé sur chaque mission.
  • Whatsapp et Gmail pour échanger rapidement avec mes clients
  • Shine : ma banque en ligne qui m’aide à gérer le paiement de mes cotisations sociales, et qui permet aussi de créer des devis & des factures

Et maintenant…?

agence ilargia articla invité mon agenda sur mesure

Aujourd’hui, ma micro-entreprise se développe tranquillement, avec des mois très chargés et je l’espère, bientôt des mois un peu plus tranquilles. Mon organisation est de plus en plus au point, et je revois en ce moment les bases de mon entreprise, que je n’avais pas travaillé assez au moment de sa création.

Récemment, Jessica m’a proposé de travailler avec elle sur de nouveaux projets hyper chouettes. Nous avons beaucoup, beaucoup de travail devant nous, mais allier l’expérience et l’organisation de Jessica à mon côté créatif, ça ne peut que marcher, non ?

Pssst : pour un de ces supers projets, on aurait besoin que vous répondiez à ce questionnaire : lien

Merci, on compte sur vous !

Retrouve l’Agence Ilargia sur son site Internet et découvre son univers sur instagram

Le financement participatif, l’aventure d’une campagne de crowfunding

Le financement participatif, l’aventure d’une campagne de crowfunding

Bref, j’ai fait une campagne Ulule, un financement participatif, un crowfunding … Appelez ça comme vous voulez !

Si vous avez suivi mes dernières aventures, vous avez sûrement vu passer la campagne de crowdfunding que je viens de faire sur Ulule… Ce financement participatif est vraiment une expérience à ne pas prendre à la légère pour maximiser ces chances de réussite.

Le crowdfunding / financement participatif c’est quoi ?

En quelques mots : c’est un financement participatif qui permet de récolter des fonds pour développer un produit. Ici, j’ai choisi de le faire sous forme de pré-commandes. Ces pré-commandes serviront à financer la création d’un logiciel (plug-in) spécialement créé pour Mon agenda sur-mesure. Ce logiciel vous permettra de passer commande beaucoup plus facilement et de manière beaucoup plus visuelle, pratique… Vous pourrez voir votre agenda se créer au fur et à mesure que vous ajouterez des pages. Bref une expérience client améliorée. 

Le dépassement des objectifs permet de pousser encore plus loin le concept du sur-mesure. 

En effet, maintenant vous aurez même la possibilité de personnaliser votre couverture d’agenda. Vous aurez un large choix parmi une bibliothèque de modèles, et vous pourrez accorder ces designs aux couleurs de votre choix. Mais aussi changer le texte, ajouter des éléments…

Ça c’est ce que vous, vous allez pouvoir faire. Mais avant d’en arriver là, il a fallu mettre toute cette campagne en place et là… c’est une autre histoire !

La préparation de la campagne

Vidéo de présentation Ulule

On nous conseille de ne pas faire une campagne trop longue dans la durée, je suis donc partie sur un mois. Mais c’est un mois où il faut être à fond dedans, tous les jours, tout le temps et ne pas se relâcher dans la fameuse période de “ventre mou” (ultra sexy !) du milieu de campagne. Et effectivement, plus on fait une campagne longue, plus cette période sera longue. Cherchez pas à comprendre, c’est les stats qui le disent.

La campagne se prépare des mois à l’avance, afin de faire des beaux visuels et surtout une belle vidéo. Les conseils sont de le faire faire par un pro, mais entre nous, c’est quand même un sacré budget et quand on se lance, ce n’est pas évident. Vous pouvez choisir de présenter votre concept face caméra en glissant quelques images sur votre voix. Cela  peut être une bonne alternative.

Il est ultra-important de parler de votre campagne à vos abonnés avant son lancement (réseaux sociaux, mailing…). Une sorte de teasing, annoncer qu’il y aura des tarifs et des goodies exceptionnels…

Là, les 100% ont été atteints en 4 jours, chose à laquelle je ne m’attendais pas du tout. La campagne s’est terminée à 250%. Je trouve ça carrément exceptionnel pour un tel produit. Il faut bien avoir en tête que chaque agenda est fabriqué à l’UNITÉ, ce qui est complètement différent des entreprises qui lèvent des centaines de milliers d’euros pour un produit fabriqué de manière industrielle.

Mon ressenti ?

Je suis fatiguée !!!! Franchement, c’est carrément hyper intense comme expérience. J’y ai pensé constamment, frémi à chaque contribution. Il faut être ultra-présent PARTOUT, absolument partout ! et tout le temps. Sur les réseaux sociaux, les newsletters, les partenariats, écrire des news pour ceux qui ont déjà contribué et pour ceux qui suivent le projet. Trouver du contenu encore plus pertinent que d’habitude et surtout tous les jours! Je repense à ma maman, à qui je dis en milieu de campagne que j’ai du boulot mais que je suis crevée et qui me dit : ”Bah t’as rien à faire une fois que tu as lancé ta campagne , ça se fait tout seul !!!” Euh… Maman, comment dire ???? 

Et Ulule dans tout ça ?

Honnêtement, je suis plutôt déçue de l’accompagnement d’Ulule. Alors effectivement, je n’avais sûrement pas des objectifs assez intéressants pour eux (ils prennent quand même 8% de commission). Donc je peux comprendre que l’investissement de la personne qui nous accompagne soit moindre, mais j’aurais au moins aimé qu’on réponde à mes questions, au moment de la création. Parce que oui, au moment où on crée notre page Ulule, on se pose toujours 1000 questions. “Est-ce que j’en ai mis trop, pas assez ? Est-ce que c’est pertinent ? “ Là je pense que la fille qui m’accompagne ne sait toujours pas que je fabrique des agendas. Ce n’est pas du tout individualisé.

J’ai trouvé des conseils très tardivement dans la campagne alors que si j’avais été au courant, j’aurais pu mettre des choses en place dès le début et si je ne l’avais pas découvert par hasard sur d’autres campagnes, je ne l’aurais jamais su. Je pense notamment à la possibilité de parrainage. 

Par contre, j’ai été mise en avant directement par Ulule, chose que l’on espère tous ! Je me suis retrouvée en première page et premier projet de leur site et ils ont partagé mon projet sur tous leurs réseaux sociaux.

Le dernier mot :

Le financement participatif, c’est une expérience hallucinante, on a l’impression d’être dans un tourbillon. Il ne faut rien lâcher jusqu’aux dernières heures. Mais c’est aussi un très gros travail en amont, qui est peut-être tout aussi important que le mois de campagne lui-même. Je ressens (en plus d’une immense fatigue !) une immense reconnaissance envers tous mes contributeurs que je n’arrête pas de remercier, mais c’est complètement sincère. Je suis ultra-contente que des personnes aient soutenu le concept et surtout aidé à faire connaître le concept des agendas sur-mesure.


J’ai reçu un soutien énorme, mais pas du tout des personnes auxquelles je m’attendais. Je vais vous avouer un truc : sur ces plateformes, pour atteindre les 100% au plus vite, on vous conseille de faire participer vos proches, amis, quitte à les rembourser plus tard (oui oui, ce sont de vrais conseils sur lesquels ils insistent bien) … Eh bien moi, à part ma maman, aucun de mes proches n’a versé un seul centime. Ce sont de vraies contributions, de personnes qui ont un réel intérêt pour mon travail et ça, ça n’a pas de prix !

Connaissez vous le financement participatif ? avez vous déjà tenté ?

Pour revoir la campagne c’est par ici ULULE et pour concevoir votre agenda sur mesure c’est par ici

La Méthode Livementor

La Méthode Livementor

Rencontre avec Alexandre Dana, cofondateur du premier programme de formation et d’accompagnement en ligne pour les entrepreneurs : Livementor.
Et ici en tant qu’auteur du nouveau guide entrepreneurial La méthode Livementor, 12 étapes pour libérer l’entrepreneur qui sommeille en vous.

Aujourd’hui, Livementor est une référence de l’entrepreneuriat en France. Mais Livementor c’est avant tout l’entrepreneuriat à taille humaine. On y défend le local, l’artisan, l’artiste, le freelance… les passionnés !

La proposition de départ de ce livre : Faire vivre une conversation de coaching.

En effet, le livre est conçu comme un coaching auquel le lecteur peut s’identifier. Dans chaque chapitre, qui représente une étape précise, nous retrouvons le témoignage d’une personne auquel Alexandre Dana répond par la suite en poussant les protagonistes (et le lecteur !) à s’interroger. S’ensuit une partie journal de bord à compléter à chaque chapitre pour évoluer dans notre raisonnement. 

Voici les différentes étapes abordées dans le livre. Étapes qui peuvent pour certains d’entre nous être des freins au développement de notre entreprise.

Étape 1 : L’alignement
– Étape 2 : L’inspiration
– Étape 3 : L’équipe
– Étape 4 : La vision
– Étape 5 : L’affirmation
– Étape 6 : L’action
Étape 7 : La valeur
– Étape 8 : La qualité
– Étape 9 : Le marketing
– Étape 10 : La communauté
– Étape 11 : Les systèmes
– Étape 12 : Le nouveau départ

J’ai pu échanger avec Alexandre sur le livre et sa vision de l’entrepreneuriat.

Peux-tu nous présenter la méthode Livementor ?

C’est un livre en 12 étapes qui synthétise les problématiques rencontrées par les entrepreneurs. En effet, on y trouve plusieurs sujets : des thèmes axés sur le développement personnel (l’alignement, l’inspiration…), mais aussi des thèmes plus classiques (le marketing, la communauté…).

À chaque fois que nous accueillons un nouvel entrepreneur dans nos formations, nous écoutons son parcours et essayons de déterminer les étapes pivots du moment.

Alexandre DANA Co-fondateur de Livementor et auteur de la méthode Livementor

Pour Alexandre Dana, le développement personnel tient une place importante dans l’entrepreneuriat.

Ce livre doit être utilisé comme un guide de l’entrepreneur. Les chapitres sont organisés sous la forme de discussions de coaching, qui interviennent en parallèle de la puissance des témoignages qui viennent illustrer chaque étape et qui peuvent permettre de libérer certains blocages, car une autre personne passe par les mêmes problématiques que nous.

Une entreprise au service de sa vie :

Une entreprise au service de sa vie repose sur une passion, un alignement qui permet à l’entrepreneur de s’exprimer sur un sujet donné. 

Une passion, un projet qui te permet de t’enrichir, d’exprimer ta valeur, ton intérêt, ta passion pour un domaine donné.

C’est aussi une sorte de dialogue permanent entre l’entreprise et le fondateur. Si, par exemple, j’ai envie de voyager, ou de ne pas travailler le mercredi après-midi : est-ce que mon entreprise me permet de faire ces choix-là ? Si j’ai envie de rencontrer des gens, ou de lancer un nouveau produit, est-ce que mon entreprise me le permet ?

La passion doit toujours rester en “trame de fond” de son entreprise.

Comment créer une entreprise au service sa vie ?

Ça part de l’alignement (étape 1 de la méthode Livementor). Il faut s’interroger sur sa situation actuelle, se demander ce qu’on aimerait changer. Le point de départ d’une réflexion sur ce qu’on ne veut plus dans sa vie, ce qu’on rejette, ce qui ne la nourrit pas. Mais aussi à l’inverse : qu’ai-je envie d’apprendre, qu’est-ce qui attise ma curiosité et me redonne mes yeux d’enfant face à la mer ? Un projet qui correspond à mes valeurs.

Qualités pour être un bon entrepreneur ?

Nous pouvons voir cet aspect au travers les différents départements qui constituent une entreprise : département commercial, financier, marketing, RH, service client, production… Quand on est entrepreneur, il faut donc développer des compétences dans tous ces domaines. 

Il est en effet important de gérer tout ces aspects de son entreprises sans en négliger aucun. Quand ce n’est pas forcément notre domaine de prédilection il faut arriver à faire le choix de se former ou de déléguer pour mettre toutes chances de réussite de notre côté.

Mais ce n’est pas tout :

Mais il y a aussi des compétences un peu plus macro, j’en ai 3 en tête : 

  • la capacité à s’exprimer à l’écrit, qui est très importante en marketing, pour faire des newsletters, des articles, pour convaincre (banque, investisseurs…). C’est très utile aussi pour manager une équipe, gérer une aventure collective…
  • la deuxième qualité à avoir c’est l’éloquence ; savoir s’exprimer à l’oral, en public permet d’être bien plus efficace dans les domaines cités précédemment.

La capacité à s’exprimer à l’écrit et à l’oral est ultra importante ; Effectivement il est primordial de trouver votre style. Si vous n’êtes pas le Centre des Impôts, inutile de ponctuer vos phrases de formules de politesse dénichées sur internet que personne ne lit jamais. Trouvez votre style, oui, mais en restant authentique, entier et généreux.

  • Ensuite, le goût du développement personnel, de l’introspection, de l’analyse fine de notre personnalité et de nos blocages, qui font que souvent nous bloquons nous-mêmes le développement de notre entreprise. 

Savoir se remettre en question tous les 3-6 mois, pour ne pas perdre le fil, garder et réajuster ses objectifs, se demander si ce qu’on fait correspond toujours à nos valeurs, si on arrive à transmettre le bon message à nos collaborateurs, notre communauté… Et toujours veiller à ce que la passion en toile de fond citée plus haut soit toujours présente.

Mon avis :

Vous savez comme j’aime les livres et encore plus ceux qui traitent d’entrepreneuriat et de développement personnel et celui-ci allie les 2. Car effectivement, entreprendre efficacement et sereinement passe aussi par le développement personnel et la capacité à se remettre en question. Les 12 chapitres abordés représentent parfaitement le parcours semé d’embûches de l’entrepreneur, qu’il soit débutant ou déjà lancé. Ce que j’ai aimé, c’est surtout le côté concret, avec exemple à l’appui. On ne nous promet pas d’entrer au CAC 40 en 3 mois et on ne nous parle pas bussiness plan, charges, rentabilité ou autre. Alexandre Dana s’applique à faire sauter les verrous qui nous empêchent d’avancer dans notre cheminement.

Les yeux fermés…

Bref, j’ai complètement adhéré et je recommande cette lecture. Le mien est plein de Post-it et d’annotations. Une méthode ultra-complète, participative et d’un vrai soutien pour faire sauter nos croyances limitantes qui nous empêchent d’avancer et avec des entrepreneurs aux statuts professionnels très variés.
Ce n’est pas un livre à dévorer (pourtant je lis relativement vite !). Celui-ci est un livre qu’il faut prendre le temps de lire pour tout assimiler mais aussi pour se questionner à chaque étape et faire le parallèle avec son propre parcours. Et bien sûr, prendre le temps de faire les exercices proposés.

Crédit photo Instagram @doriane_baker

Vous pouvez commander la méthode Livementor ici.

Et vous, vous avez lu la méthode Livementor ? Donnez-nous votre avis en commentaire.

La méthode livementor rencontre avec Alexandre DANA. Une Entreprise au service de sa vie

Découvrez le parcours d’autres entrepreneurs par ici

Équilibre vie pro et vie perso

Équilibre vie pro et vie perso

La question que l’on se pose toutes à un moment donné : comment trouver le bon équilibre entre ma vie pro et vie perso ? Comment gagner ma vie en étant suffisamment épanouie mais assez présente pour mes enfants, mes proches pour ne pas culpabiliser ?

Plus on pense avancer, plus les questions se multiplient :
Dois-je prendre ce nouveau poste qui me correspond ? J’ai envie de créer ma propre activité, vais-je réussir ? Si je passais à 80% ou 50%, j’aurais plus de temps pour mes proches, pour moi, pour lancer mon activité, mais j’y perdrais financièrement. Est-ce que c’est le bon moment ? (PS : ce n’est jamais le bon moment). Et si je démissionnais ?

Votre « pourquoi », l’alignement

Avant tout, il faut vous interroger sur vous, sur votre “’alignement”. Êtes-vous cohérente avec ce que vous ressentez ? Que vous manque-t-il aujourd’hui; et au contraire qu’est-ce qui vous fait encore vibrer dans vos activités ? Qu’est-ce qui fait pétiller vos yeux quand vous en parlez ?
Il faut réussir à vous observer de l’extérieur, essayer de visualiser la meilleure version de vous-même. La meilleure version de vous, c’est celle que vous seriez si là maintenant vous pouviez faire ce que vous voulez. Si tout était possible. Comment vous sentiriez-vous ? Joyeuse, légère, souriante, épanouie… Bref, imaginez-vous.

Et demandez-vous ce qui vous empêche d’y arriver.

maman travaille

Il y a toujours un « mais »…

Ensuite viendra le moment des blocages : est-ce que mon conjoint/ma famille me soutiendra ? Est-ce que j’aurai encore du temps pour les enfants ? Mais aussi : comment faire avec les enfants pour arriver à travailler en même temps ? Financièrement, est-ce vraiment raisonnable ?

Puis les blocages sur vous-même : est-ce que je vais parvenir à tout gérer ? Et si j’échoue ? Est-ce que c’est une bonne idée ? Est-ce que ça va marcher ?

Par contre, je préfère vous le dire : il n’y pas de réponse toute faite à ces nombreuses questions. Et pourtant ce serait tellement plus simple.

Et préparez-vous à passer des heures, des nuits en réunion avec vous-même à retourner le problème dans tous les sens, trouver des solutions et aussi avoir de nouvelles idées. Parce que, oui, quand on porte son projet, on est avant tout inspirée ! donc les idées (ainsi que les choses à faire !) foisonnent.


Et deuxième déception : ces questions reviennent très régulièrement quand on entreprend… parfois avec puissance 10 de mauvaises ondes. Mais ça a un petit nom : c’est le fameux syndrome de l’imposteur. La majorité des gens, et en particulier les entrepreneurs, le connaissent bien. Il a cette faculté permanente de vous faire douter de votre légitimité. On en reparlera plus tard.

Une fois que vous avez pris conscience que vous n’êtes plus totalement alignée avec votre situation actuelle, que vous ressentez un besoin de faire quelque chose, de créer, d’évoluer… et si l’idée de votre projet est bien présente, cette frénésie ne s’arrête pas (pas tout de suite en tout cas).

La difficulté va être d’arriver à gérer son temps entre vie de femme/épouse/mère/entrepreneuse et parfois salariée tout à la fois. Sans délaisser personne. 

Réussir à trouver l’équilibre…

Le bon équilibre vie pro et vie perso, c’est quoi ?

C’est réussir à trouver du temps de qualité pour tout et pour tous (dont nous-mêmes !) et avec nos vies à 100 km à l’heure, ce n’est pas évident d’arriver à tout caser en 24h (même moins, parce qu’on dort quand même, hein !).

Une chose importante à garder absolument en tête : nous ne pouvons pas être parfaites ! ni à la maison, ni comme mamans, ni comme working girls ! Alors on ne se met pas la pression si on sert des coquillettes 2 fois dans la semaine, et si le ménage attend son tour.

L’équilibre est une notion subjective. Vous le trouverez quand vous vous sentirez en adéquation avec vos valeurs et votre ressenti. Si, comme moi, vous vous sentez bien une fois que vous avez bien avancé sur votre projet pro, vous serez bien plus disponible pour vos proches par la suite. Quand je sens que j’ai passé une journée où j’ai réussi à travailler sur plein de choses. Où efficacité et productivité ont été mes amies, je redescends de mon atelier bien plus calme et disposée pour mes autres “rôles” de la journée.
Certaines personnes ont besoin de faire du sport : moi j’ai besoin de solitude (et de chocolat !).

La gratitude envers nos proches, l’accomplissement de soi sont pour moi des notions importantes pour trouver son bon équilibre.

entrepreneur papa travaille

Travailler en fonction de son inspiration

Il y a des jours où il ne faut pas m’arrêter, je suis tellement lancée que je pense à peine à boire un coup ! Mais cette frénésie de créativité ne peut pas attendre, mon entourage le sait. Souvent, j’essaie de ne pas travailler le weekend, mais de temps en temps, l’inspiration vient frapper à ma porte et là je ne peux pas résister (souvent c’est pour écrire), donc je me lance. Ce sont en général mes plus beaux articles.
Par contre, je me contente de ne faire “que” ça, et de ne pas m’étaler sur autre chose. Sinon on ne s’arrête jamais. Mais si comme moi, vous êtes encore salariée, parfois nous n’avons d’autre choix que de travailler le weekend. On optimise alors les siestes des enfants, les soirées. J’ai remarqué que quand c’est pour notre projet, nous regorgeons de ressources et d’énergie. Je n’aurais jamais cru me lever à 6h du matin pour rédiger des articles et pourtant, j’en écris beaucoup à ce moment de la journée. Par contre, le soir je n’ai jamais été très efficace…(même en me levant plus tard !)

Ne pas s’égarer

Il faut arriver à consacrer des moments de qualité à votre entourage. Surtout si vous avez des enfants. Si vous les avez avec vous la journée (ou confinés !), avant de vous mettre au travail, essayez de passer un moment vraiment privilégié avec eux (faire un jeu, jouer, lire une histoire…) sans téléphone ni ordinateur à portée de main. Après 30 minutes de réelle complicité, votre enfant sera normalement plus enclin à vous laisser travailler plus sereinement.

On ne va pas se le cacher, gérer vie pro/perso n’est pas évident. La peur est le sentiment qui ressort le plus souvent. Mais c’est principalement la peur du jugement des autres qui nous paralyse. Ce sentiment de ne pas rentrer dans un moule que la société veut nous imposer.
Un nouveau projet (travail, entreprise, reprise d’études…) à ajouter dans une vie bien remplie, soyons franches : ça complique les choses, oui c’est vrai. Mais ce sentiment d’être vivante n’a pas de prix.

entrepreneurs maman

L’équilibre, ce n’est pas 50/50 ni 25/25/25/25, l’équilibre c’est le vôtre, celui que vous vous créerez. Pour le trouver, il faut tester puis ajuster.

Bien équipé pour se lancer !

Afin de ne pas s’égarer dans la multitude chose à faire équipez vous des bons outils pour vous aider à tout gérer. La planification à court et moyen terme est la clé de la réussite sans ce noyer. Penser à noter en permanence ce qui vous passe par la tête, les chose à penser, à faire … vous libérer ainsi votre esprit sans pour autant oublier. Pour cela vous pouvez créer votre agenda sur mesure en fonction de vos besoins et de votre mode de fonctionnement. Et vous pouvez même choisir d’y mettre votre (futur!) logo pour un rendu encore plus pro !

Alors surtout soyez imparfaite, heureuse et épanouie

Rencontre : Laurie, Un trésors dans mon placard

Rencontre : Laurie, Un trésors dans mon placard

Aujourd’hui nous allons à la rencontre de Laurie, créatrice de « Un trésor dans mon placard » qui nous fait découvrir son concept et son univers totalement éco-friendly.

Bonjour Laurie, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Laurie Raphalen un trésor dans mon placard

Je viens d’avoir 40 ans et je vis à Dijon. Je suis passionnée par les vêtements depuis toute petite et tous les savoir-faire qu’il y a derrière.

Il y a 7 ans, je me suis engagée dans une démarche de mode éthique après avoir subitement pris conscience de mon mode de consommation sur des ouvriers à l’autre bout de la planète. La recherche du prix toujours le plus bas a commencé par tué des emplois ici et maintenant ça tue des gens à l’autre bout du monde.

Pour moi, la mode éthique est une mode respectueuse :

  • Des travailleurs
  • De la planète
  • De soi

Quel est le concept d’ »un trésor dans mon placard”, que proposes-tu comme services ?

Un trésor dans mon placard est un concept de mode éthique « feel good »

Je propose :

  • une ligne de vêtements « pièces uniques »,
  • des pièces sur-mesure
  • et prochainement je l’espère une petite ligne de prêt à porter

Le tout réalisé à partir de textile déjà existant, et notamment à partir des propres vêtements des clients pour le sur-mesure, pour lutter contre le gaspillage textile qui est colossal.

Je propose également des cours de couture upcycling pour ceux qui veulent apprendre par eux même à donner une seconde vie aux vêtements qu’ils ne portent plus.

Tu parles beaucoup “d’upcycling”, tu peux nous expliquer ce que c’est ?

L’upcycling consiste à valoriser du textile qui n’était plus utilisé et parfois voué à être jeté. Il y a vraiment une notion d’ennoblissement par le travail qui est réalisé. J’adore dire que je fais de la haute couture à partir de déchet.

upcycling un trésor dans mon placard

Quels sont tes conseils pour “optimiser” son dressing ?

Porter toutes ses pièces, ne pas laisser de vêtement inutilisé.
On ne porte en moyenne que 30% de son dressing, un gâchis monumental ! Pour moi le dressing idéal n’est pas celui qui déborde de vêtements que l’on ne porte pas mais celui qui est composé uniquement de pièces qui nous procurent des émotions positives.

Le dressing minimaliste est loin d’être ennuyeux, bien au contraire. Avoir un nombre limité de vêtements ne signifie pas devoir toujours s’habiller de la même façon. Avec des pièces qui s’associent toutes entre elles, il est possible de créer une multitude de look. Par exemple, il existe au moins 20 façons de porter différemment une même chemise.

Quels sont les indispensables à avoir ?

Pour moi, les indispensables sont les vêtements qui nous procurent ces fameuses émotions positives. C’est à chacune de définir quels sont ses propres indispensables (j’ai sorti un e-book pour guider chacune à les définir). En revanche, autant privilégier des pièces intemporelles, qui traverseront les tendances, et des belles matières pour la durabilité.

Un dernier mot ?

Aimer vos vêtements, chérissez-les, faites-en sorte qu’ils durent le plus longtemps possible et ils vous le rendront au centuple.
Merci pour cette rencontre Laurie

Où découvrir et retrouver le travail de Laurie ?

www.untresordansmonplacard.fr
Facebook
Instagram